#30 LE TANGO EPIDEMIQUE

16 avril 2020

“Ne pourrait-on pas – avec un peu de complaisance – rapporter à une manifestation collective et épidémique de l’hystérie, comme on l’a déjà vu en Europe au XIVe et XVe siècles, l’extension sans cesse croissante de la danse qui sévit de nos jours imaginativa, de la chorea naturalis coacta, de Paracelse, décrites également à la même époque sous les noms de danse de Saint-Jean, danse de Saint-Guy en Allemagne et aux Pays-Bas, et de tarentisme en Italie ?

En relisant les vieux livres : Mémoires sur la chorée épidémique au Moyen Âge, Hecker, traduit de l’allemand par F. Dubois, dans les Annales d’hygiène et de médecine légale, 1834, tome XII, on serait tenté de le croire car il n’y a rien d’irrationnel, comme le dit Paul Richer, à rapporter à la grande hystérie les mouvements rythmés de la dansomanie. »

Extrait d’un journal médical 1921

Voici le tango épidémique
C’est le tango de la grande faucheuse
C’est le tango de l’assistance publique
Les trois sœurs les fileuses* tout heureuses
Dansent follement des entrechats
C’est le tango des bureaucrates
Des sinistres dépités avares des achats
C’est la danse en talons en savates
des riches des pauvres emportés
dans les discours diplomatiques

faut que ça craque
faut que ça se masque
faut que ça casque
faut que ça défrise
c’est le tango de la crise
c’est le tango politique
un coup à gauche un coup à droite
faut suivre la musique
c’est le tango de la mise en boîte
le tango épidémique

ça prend des proportions
les morts se comptent par milliers
c’est le tango de l’Achéron**
on aura du mal à oublier
c’est le tango problématique
c’est le tango des chiffres et des écrans
c’est le tango économique
choisir les morts sauver les vivants
c’est le tango épidémique
Voici le tango de tous les temps

*les 3 sœurs Clotho, Lachésis, Atropos,appelées aussi Parques ou Moires chez les Grecs , filent, mesurent et coupent le fil de la vie
**l’Achéron fleuve des enfers dans la mythologie grecque

Une idée de lecture : “Entrez dans la danse” de Jean Teulé, épidémie de danse au 16e siècle à Strasbourg, étonnant !
Et bien sûr le “Tango des bouchers de la Villette” de Boris Vian