Rencontre avec Martin de Halleux éditeur de l’œuvre de Frans Masereel – Samedi 23 mars 2019

mars 2019

Rencontre, le samedi 23 mars 2019 à partir de 19h30, avec Martin de Halleux, éditeur des romans graphiques Frans Mazereel (1889-1972).

Conférence & projection des gravures de Frans Masereel

Après « Idée », Martin de Halleux poursuit la réédition des formidables « romans sans paroles » du graveur belge Frans Masereel (1889-1972), avec son chef d’œuvre « La Ville ».  Il nous présentera également la monographie  « Frans Masereel, l’empreinte du monde » qu’il a consacrée à l’œuvre du graveur, la plus importante encore jamais publiée sur cet artiste engagé et audacieux, avec une sélection de 391 gravures sur bois.

« Idée » Frans Masereel, Préface de Lola Lafon
publiée la première fois en 1920, cette œuvre maîtresse de Frans Masereel raconte en 83 images la vie d’une idée. Cette idée qui prend la forme d’une femme est rebelle et subversive, elle sème sur son chemin zizanie, peur, rejet ou étonnement, mais ne laisse jamais indifférent. Elle ira jusqu’à se reproduire en se jetant entre les cylindres d’une presse d’imprimerie pour répandre un peu plus encore le doute et la liberté au cœur d’une société injuste et violente.

« Roman graphique, œuvre d’art ou poème politique, Idée est un livre exceptionnel. C’est une ode à tous les évadés de la norme. » Lola Lafon

« La Ville » Frans Masereel, Préface de Charles Berberian
Chef-d’oeuvre de Frans Masereel, cette édition de « La Ville » rassemble de nombreuses images encore jamais publiées, dessins, ébauches et épreuves préparatoires

« « La Ville » est un monument. Monument impérissable consacré à la ville moderne, avec ses foules innombrables et leurs destins multiples, avec ses contrastes tragiques de luxe et de pauvreté, de gaspillage et de privation, un véritable pandémonium de toutes les passions humaines. » Stefan Zweig

Frans Masereel (1889-1972) est aujourd’hui considéré comme l’inventeur du roman graphique sans paroles moderne. Grand ami de Stefan Zweig, Romain Rolland ou encore George Grosz, le graveur belge
de génie va marquer les esprits avec ses oeuvres engagées en noir et blanc.
Défendant les opprimés et dénonçant les horreurs de la première guerre mondiale, il produit des romans en images et sans paroles qui vont susciter l’admiration de ses contemporains tels Pierre Jean Jouve, Thomas Mann ou encore Hermann Hesse qui écrira : « Masereel était réellement le seul homme qui, jour après jour, fit quelque chose de sensible, quelque chose de bien, quelque chose dont nous pouvons être reconnaissants ».

● « L’Idée« , paru en 1920, a fait l’objet en 1932 d’une adaptation exceptionnelle en film animé par le réalisateur Berthold Bartosch, pionnier du film d’animation, sur une musique de d’Arthur Honneger. A voir absolument !

Antoine Oury – 05.07.2018