Rencontre avec Angélique Villeneuve – Samedi 14 avril 2018

avril 2018

118847652Rencontre le samedi 14 avril 2018 à partir de 19h30 avec Angélique Villeneuve pour son nouveau roman Maria paru aux éditions Grasset, février 2018

Rencontre animée par Marion Richez

Dans le cœur de Maria, il y a d’abord Marcus, son petit-fils de trois ans. Ensemble, ils guettent les oiseaux, collectionnent les plumes et s’inventent des mondes. Une relation magnifique et poétique qui la comble de joie. À l’arrivée leur deuxième enfant, les parents de Marcus, qui le laisse porter des robes ou coiffer ses cheveux en tresse, font un choix radical. Nul ne saura le sexe du nouveau-né, pas même Maria, sa grand-mère. Ni fille, ni garçon, leur enfant sera libéré, pensent-il des contraintes de genre, du formatage et choisira lui même qui il souhaite être.
Autour d’eux, c’est l’incompréhension voire l’hostilité qui priment. Abasourdie, abandonnée, Maria se débat, se questionne, pour petit à petit trouver sa place et ses mots, atteindre l’essentiel.
Porté par une écriture sensuelle et sensible le nouveau roman d’Angélique Villeneuve construit autour du très beau personnage de Maria nous livre une histoire de famille aussi déroutante que fascinante. Au delà du genre, il pose avec justesse les questions d’identité, de choix, de liberté, de tolérance, questions fondamentales qui traversent nos sociétés aujourd’hui plus que jamais, et auxquelles elle apporte un point de vue tout en nuance.

Angélique Villeneuve, née à Paris en 1965, a vécu en Suède et en Inde avant de s’installer en région parisienne. Elle écrit des romans, mais aussi des livres pour la jeunesse et sur la gastronomie. Son roman Les Fleurs d’hiver, paru en 2014 aux éditions Phébus, a reçu de nombreux prix dont le Prix Mille Pages 2014. La perte brutale de son fils en 2014 a inspiré l’écriture de son sixième roman, Nuit de Septembre en 2016.
Aux Oiseaux rares, nous aimons beaucoup le travail littéraire d’Angélique Villeneuve et nous sommes heureuses de l’inviter une nouvelle fois à s’entretenir avec Marion Richez, écrivain et philosophe.

« Maria sait la couleur des gens, la couleur des sons et des odeurs. Les couleurs invisibles sont son secret et son privilège. William, par exemple, est d’un pourpre dense et terreux, Céline d’un gris très doux. Une brillance d’oignon rouge jaillit de Thomas, et de la mère de Maria l’orange d’une fleur de souci.(…) Pour Maria, la frontière est mince qui sépare les odeurs et les sons. Et puis, bien sûr, il y a Marcus. Marcus est d’un vert splendide, celui d’une soupe de cresson saturée de crème, celui de la première peau d’une fève. Ce soir-là, le vert de Marcus est un baume qui, dans la cuisine, l’aide à reprendre pied. »

Télécharger l’invitation.