Lecture en soutien à Asli Erdogan – Mardi 7 mars 2017

mars 2017

asliLecture, le mardi 7 mars 2017 à partir de 19h30, en soutien à la romancière & journaliste turque Asli Erdogan par les comédiennes Noële Bordeaux, Bernadette Paviot & Anne Triomphe, de l’atelier de recherche de la compagnie RL.

« La liberté est un mot qui refuse de se taire. » Asli Erdogan

Lire pour qu’elle reste libre Lire contre la violence d’Etat.

« Si l’on veut écrire, on doit le faire avec son corps nu et vulnérable sous la peau… Les mots ne parlent qu’avec les autres mots. Prenez un V, un I et un E et vous écrivez Vie. J’écris la vie pour ceux qui peuvent la cueillir dans un souffle, dans un soupir. Comme on cueille un fruit sur la branche, comme on arrache une racine. Il te reste le murmure que tu perçois en plaçant contre ton oreille un coquillage vide. La vie : mot qui s’insinue dans ta moelle et dans tes os, murmure évoquant la douleur, son qu’emplissent les océans. » Asli Erdogan, Le bâtiment de pierre.

● Née à Istanbul en 1967, Asli Erdogan est l’une des voix les plus importantes de la littérature turque contemporaine. Ses livres sont traduits en Europe comme aux États-Unis. Elle écrit également des chroniques dans des journaux turcs et s’engage dans la défense des droits humains, des droits des femmes, de la cause kurde et de la reconnaissance du génocide arménien.

Arrêtée le 17 août 2016 après la tentative du coup d’État de juillet, Asli Erdogan a passé plus de quatre mois en prison. Relâchée provisoirement dans l’attente de son jugement, elle risque la prison à vie comme d’autres intellectuels turcs. Le gouvernement turc reproche à journaliste et romancière d’être une « terroriste ». Depuis lors, la situation en Turquie s’est aggravée, les arrestations multipliées et Asli Erdogan encourt une condamnation aussi infondée qu’inacceptable.

Actes Sud, sa maison d’édition française, vient de publier Le Silence même n’est plus à toi. Ce volume rassemble quelques-unes des chroniques qui lui ont valu cette accusation. Le lecteur y retrouvera l’exigence poétique d’Aslı Erdoğan, son amour de la liberté, sa lucidité et la beauté de sa langue.

ASLI ERDOGAN PASSERA EN JUGEMENT LE 14 MARS 2017 LA PRISON A VIE A ETE REQUISE CONTRE ELLE.

Une mobilisation internationale a fait reculer une première fois le gouvernement turc. Son Comité de soutien appelle à poursuivre les actions de solidarité.
Les comédiennes liront des extraits de :

  • La Ville dont la cape est rouge (traduction Esin Soysal Dauvergne)
  • Le Mandarin miraculeux (traduction Jean Descat)
  • Les Oiseaux de bois (traduction Jean Descat)
  • Le Bâtiment de pierre (traduction Jean Descat)
  • Le Silence même n’est plus à toi (traduction Julien Lapeyre de Cabanes)

Tous ces titres sont publiés chez Actes Sud.

Télécharger l’invitation.