Rencontre avec Mathieu Riboulet et Jean-Louis Comolli – Samedi 15 juin 2013

juin 2013

oeuvresdemisericordeRencontre & lecture, le samedi 15 juin 2013 à 19 h 30, avec Jean-Louis Comolli, critique et cinéaste qui s’entretiendra avec Mathieu Riboulet à propos de son dernier roman « Les œuvres de la miséricorde » publié aux éditions Verdier en 2012.

Qu’est-il donc allé chercher sur les routes d’Allemagne, le narrateur de ce texte subtil et précieux, infiniment humain, érudit et sulfureux ? Qu’est-il donc allé chercher sur les chemins tortueux de l’histoire, cet homme à la mémoire si lourde ? Des bribes de réponses à des questions incommensurables ? Une quête d’amour et de sexe comme défi à la mort ? Hanté par les conflits du 20e siècle, en particulier par la tragédie de 14-18 et le souvenir brûlant d’un hameau dont tous les hommes ont été décimés, poursuivi par des souvenirs d’un temps qu’il n’a pas connu – il est né quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale –, il part en Allemagne pour voir dans le corps même de l’ancien ennemi la trace de ces guerres qui ruinent sa mémoire. Invitant Andreas, son amant de Cologne, à donner chair à l’invisible, à incarner une possible réconciliation.

Récit, essai, méditation tout à la fois, ce livre inclassable poursuit ainsi un chemin éblouissant, aussi rude que bouleversant, porté par cette question en forme de leitmotiv : « Que faire de tous ces morts, où vivre, comment s’aimer ? » Michel Abescat

Mathieu RIBOULET est né en 1960 en région parisienne. Après des études de cinéma et lettres modernes à Paris III, il réalise pendant une dizaine d’années des films de fiction et documentaires autoproduits en vidéo, puis il se consacre à l’écriture. Il vit et travaille à Paris et dans la Creuse. Les éditions Verdier ont publié L’Amant des morts, 2008, Avec Bastien, 2010 et Les Œuvres de miséricorde, 2012. Il est également publié chez Maurice Nadeau et Gallimard.

Jean-Louis COMOLLI est critique et cinéaste. Il a été le rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma de 1966 à 1971. Il a enseigné à La fémis, Il écrit pour les revues Trafic, Images documentaires et Jazz Magazine.
Il a publié aux éditions Verdier Corps et cadre, 2012, Cinéma contre spectacle, 2009, Voir et pouvoir, 2004. Il a également coécrit ou dirigé des ouvrages sur le jazz chez d’autres éditeurs, notamment Free Jazz / Black Power, Folio, Gallimard, et un Dictionnaire du jazz, aux Éditions Robert Laffont, « Bouquins »

(Voir les images de la rencontre)

Agenda du mois de juin (suite…)

Mercredi 19 juin à 17 h : Lecture d’histoires pour les enfants avec la Compagnie la Fleur à l’oreille : Les contes de la Terre Mère de Rolande Causse parus aux Éditions Gallimard. (mai 2013) Depuis la nuit des temps, les contes détiennent des pouvoirs extraordinaires. Dans ces neuf-ci, l’héroïne est notre Terre. Ces récits nous transmettent une sagesse ancestrale. Ils nous invitent à respecter la nature, le ciel, la terre et la mer, les animaux et les plantes. Ce disant, ils rejoignent les grandes questions contemporaines et nous donnent neuf leçons d’écologie.

Samedi 22 juin à partir de 19h 30 : Rencontre et lecture de « Ce que tout le monde sait et que je ne sais pas » (Arléa), avec deux des trois auteures qui se cachent sous le pseudo Elena Janvier. Après Au Japon ceux qui s’aiment ne disent pas je t’aime, le très heureux trio féminin, passe en revue toutes les choses qui nous font battre le cœur parmi les multiples savoirs qui tissent nos vies, en France comme au Japon, en s’appuyant cette fois sur Dame Shônagon, qui a vécu au début du XIe siècle à la cour de l’ancien Japon, et tracé son quotidien, au fil du pinceau, dans ses Notes de chevet.

Samedi 29 juin à partir de 19h30 : A l’occasion de la publication de son livre de photographies « Berlin«  aux éditions temporaires, le photographe Pierre Emmanuel Weck, invite l’anthropologue Emmanuel Terray auteur de « Ombres berlinoises«  (Odile Jacob) à évoquer le Berlin d’avant la chute du Mur. Exposition des photographies Pierre Emmanuel Weck.